A travers cet article, j’essaie quelque chose de nouveau avec un reste de photos indispensables à mes yeux à insérer dans un article sans que toutes aient des liens ensemble. Impossible donc de faire un article qui soit cohérent sur la base de ces éparses clichés.

Alors pour chaque photo, je vais -modestement- décrire une ambiance vécue par une simple phrase en espérant que le cadrage suscite votre imagination pour mieux comprendre les basutos, les animaux, les paysages et la vie quotidienne du Lesotho.

Du minimaliste, hors des conventions, sans concessions mais qui laisse la part belle à l’image.

Ambiances du Lesotho où quand des photos en vrac forment un essai de reportage photographique


Quand un puissant coucher de soleil admiré en présence de basutos, comme un rituel, donne de l’énergie, beaucoup d’énergie.
Soleil s'embrasant complètement à son coucher à Mokothlong

Quand des gamins jouent des heures au ballon sans s’arrêter, sans règles mais avec d’énormes sourires et éclats de rire
Enfants jouant au football

Quand un enfant pose tout sourire avec un mouton avant que sa soeur nous réclame de la nourriture.
Basuto posant avec un mouton

Quand un âne aime suffisamment les hommes pour les suivre.
Un âne

Quand faire ses courses est un renoncement à la variété.
Prix des denrées alimentaires

Quand une peinture murale résume bien la relation basuto-animaux-nature
Peinture murale représentant des basutos

Quand le contraste entre la peinture écaillée du mur et le paysage net et fantastique est très fort.
Contrastes entre la maison délabrée à l'extérieur et le paysage

Quand un basuto prend fièrement la pose devant un supermarché à la décoration minimaliste.
Marchand posant son épicerie

Quand un habitat traditionnel basuto isolé au pied des montagnes est joliment garni de vert.
Une hutte traditionnelle

Quand au supermarché, un étalage entier de bottes -accessoire indispensable du basuto- est exhibé.
La paire de bottes, l'accessoire ultime du basutho

Quand un orage déclenche une pluie diluvienne et bienfaisante pendant 45min.
Orage à Ha Sehlabathebe (Moreneng)

Quand une bougie et une boite d’allumettes sont des alliés précieux en l’absence d’électricité.
Eclairage à la bougie quand il n'y a pas d'électricité

Quand tenir un petit comptoir vendant de tout est un moyen -dérisoire- de se faire un revenu.
Echope à la station de taxi

Quand la création artistique n’a pas de frontière.
Fresque murale

Quand des familles très pauvres sont juste contents d’accueillir des étrangers, ne serait-ce que quelques minutes.
Famille basuto à Thaba Tseka

Quand l’état de fonctionnement de la voiture ne suscite aucune crainte, soyez en sur, elle est presque neuve.
Voiture fonctionnelle au Lesotho

Quand des gamins timides n’osent pas aborder les blancs-becs et que ça finit par jouer au chamboul’tout.
Jeu de "quilles" improvisé avec les enfants

Quand après une bonne partie de chamboul’tout, la photo souvenir se fait sous les sourires timides.
Groupe d'enfants

Quand ces mêmes gamins continuent de jouer, une fois les blancs-becs partis
Enfants jouant dans les montagnes

Quand faute de mieux, une basuto brûle ses déchets ménagers, plastiques compris.
Une basuto fait du feu avec ses déchets en plastique

Quand au soir venu, l’orage quotidien arrive enfin, parfois persistant et violent.
Orage à Ha Sehlabathebe (Moreneng)

Quand être hébergé chez des riches donne l’impression d’être en prison.
A l'intérieur des maisons, des barreaux.

Quand surgir de nulle part est une seconde nature chez les basutos.
Basuto venant de nulle part

Quand la station de bus fait aussi office de marché.
Vêtements au marché

Quand, après 2 jours de marche à pied, des touristes débarquent dans un village au bout du monde.
Huttes de Ha Sehlabathebe

Quand le fils du chef du village pose fièrement avec son cheval basuto
Fils du chef posant avec son cheval

Quand des cabines de toilettes n’ont pas été remplacées par les nouvelles, en vogue partout ailleurs.
Cabines de toilettes

Quand la construction d’un complexe touristique laisse dubitatif sur son dimensionnement, comme très souvent ailleurs.
Constructions neuves

Quand la pluie force les gens à aller au bar du village pour regarder la TV, boire des boissons et accessoirement plumer les blancs-becs au billard.
Au bar de Ha Sehlabathebe

Quand le lever de soleil préfigure du beau temps mais qu’il ne sera que de courte durée.
Lever de soleil sur Ha Sehlabathebe

Quand un basuto se baladant avec ses ânes, habillés de bottes, d’une couverture et cagoule en laine est au top de la mode locale.
Berger avec ses ânes

Quand une église ne cédera pas sous les nuages noirs, tant la religion est omniprésente dans la population.
Eglise de Ha Sehlabathebe

Quand faire ses courses signifie vraiment aller faire ses courses.
Store de Ha Sehlabathebe

Quand un berger effectue une transhumance avec ses moutons, tous les moyens sont permis.
Moutons sur toute la largeur de la route

Quand la position penchée aux abords des champs et maisons signifie souvent agriculture de subsistance.
Hutte basuto et femme au travail

Quand un ânon gambade tendrement derrière ses parents et puis….
Anon exhibant ses parties ...