Dimanche 29/08/2010

Carte

Journal de bord

Nous nous réveillons assez tôt ce matin, car le vent « siffle ». Sans doute que le fantôme du château nous poursuivait. Eh oui, il existe dans ce château une légende à propos d’un fantôme dans la chambre 210.

Nous on se dit  « pipeau total » malgré des recherches effectuées la veille.

Enfin, parlons de sa situation : le château se situe en haut d’une colline et domine plusieurs lacs. Normal donc que le vent siffle. Il fait tout de même 7°C, le temps est dantesque et fin août, ça dépote clairement.

Notre programme est chargé mais nous devrons l’adapter car nous n’avions pas prévu que les routes seraient uniquement en « single track ».

On avance donc très lentement, à 50kms/heure. Mais alors, quelle beauté : paysages désertiques, routes dénuées de présence humaine, aucun village traversé durant des kilomètres, des lacs à gogo, des montagnes aux formes bizarres au loin.

Bref on se sent seuls au monde et on hallucine devant ce qu’on voit.

Du fait de la lenteur de notre avancée, on atteint péniblement Durness, au nord de l’Ecosse continentale. L’architecture des habitations me fait penser à ceux que j’ai déjà vu en Suède. Ce n’est pas point étonnant, on oublie facilement que le Nord de l’Ecosse est vraiment au Nord de l’Europe, soit au même niveau que le sud de la Norvège.

Nous découvrons les falaises abruptes à Durness, village donnant l’impression d’être au bout du monde. Pas gagné pour acheter un sandwich !

Eh bien si, on en trouve un au seul bar-bistro du coin !

Ensuite, nous partons à la recherche du point de départ d’une randonnée, près du Cape Wraith. Cette rando de 4 miles (6,5 kms) devait permettre de découvrir une plage splendide et sauvage: la Sandwood Bay. Mais on se rend compte que ça devient impossible au niveau du temps.

Tant pis, mais on se rattrape avec une autre plage de sable blanc, probablement tout aussi merveilleuse à Oldshoremore.

Alors je pose le contexte : il fait très beau, il fait 10°, je porte un pull et un bon imperméable coupe vent, il fait un vent de folie, la plage est quasi déserte, c’est clairement un bonheur !!!

Seuls au monde ou presque.

Après cette pause bénéfique, nous amorçons la descente en direction de Gairloch, situé quand même bien au nord de l’Ecosse. Nous multiplions les arrêts improvisés pour contempler le décor offert.

On nage en pleine hallucination collective.

Sur un trip entre nous, on essaie de trouver une place dans un B&B atypique dans un phare situé à Melvaig mais il est blindé et je comprends pourquoi. La vue y est magnifique.

Nous nous rabattons au Youth Hostel à Gairloch, situé en rase campagne, et dont la vue sur la mer et les montagnes est aussi à couper le souffle.

Après avoir mangé, on veut sortir.

Toma et Damien confondent une maison de retraite avec un bar et restent enfermés quelques instants, car la porte automatique refusait de s’ouvrir ! On trouve finalement un vrai pub, et après une entrée au style ‘cow-boy’ observée par tout le monde, on papote avec la patronne qui nous donne un tas d’anecdotes sur la vie locale.

Photos

Voilà, le décor est posé. Rien. Rien. Le désert, le no-man’s land. Nous sommes dans la voiture et n’avons jamais vu cela. Nous découvrons. BANG dans nos têtes.

Histoire d’en rajouter une couche, on traversera de nombreuses fois ce genre de paysages ! Et que dire des nombreux cyclotouristes circulant sur les routes et bravant les conditions atmosphériques difficiles !

Les falaises à Durness sont abruptes, la mer est rude ! C’est beau !

Nous voici sur la plage de sable blanc à Oldshoremore. Plusieurs dizaines de minutes de magie, vraiment. Iréel !

Encore la plage de sable blanc à Oldshoremore. Les nuages vont et viennent et projettent leurs ombres !

Encore me direz-vous, mais je m’en lasse pas.

Les moutons sont rois ici, à nous de les respecter !

Quand on voit ça, ces nuances de couleurs, on se doit de s’arrêter pour contempler, méditer.