Vendredi 8 Juillet 2016: Une ambiance envoutante

Me voilà en train de conduire la voiture de location le long des fjords de Lyngen. Un clignotant à droite et changement total de décor: le grand désert humain qu’est le plateau de la Laponie s’annonce devant nous vers la frontière finlandaise.

Dans notre tour du Troms, je voulais montrer à ma famille les îles, les fjords, les montagnes à pic mais aussi les plateaux de l’intérieur. Après avoir bien scruté les routes de l’intérieur de la Norvège et hormis celle menant à Dividalen, porte d’entrée parc national Øvre Dividal, j’ai du me rendre à l’évidence que seule la route pénétrant la Laponie finlandaise du côté de Kilpisjärvi allait nous faciliter les choses. Le village situé à 6km de la frontière possède plusieurs centres d’hébergement touristique, au contraire de Dividalen ou l’offre était restreinte et chère.

Le choix en était plus évident et bien que ma famille fut surprise au premier abord, les explications parvinrent à les convaincre.

Et puis ils ont compris.

Ils ont pris une claque. Moi, encore une autre.

La météo n’étant pas clémente en ces premiers jours de voyage, les nuages bas et les fjords tombant à pic cachaient souvent le fabuleux décor. Mais ici, haut sur le plateau de Laponie à plus de 560m d’altitude à Muotkatakka, enfin nous pouvions voir au loin.

Des lacs, des vallons et la toundra à perte de vue.

Le désert humain prend sens enfin aux yeux de ma famille. C’était ça que je voulais leur montrer. Le fait de se sentir tout petit dans la nature. Le fait de considérer que rien n’est sauvage en France à part quelques endroits. Ici c’est vraiment sauvage, tu peux marcher des kilomètres hors sentier et être seul, livré à toi même et aux éléments. Leurs yeux s’illuminent, venir par ici a été le bon choix d’autant qu’enfin le soleil daigne de se montrer et éclaire la toundra de quelques rayons tendres de fin de journée.

Kilpisjärvi en dehors du sauna inclus par le centre d’hébergement est surtout connue pour être au pied du mont Saana, un tunturi (colline type finlandaise) sacré pour le peuple same et culminant à 1029m. Avec l’ombre de ce sommet à la forme particulière orientant le vent vers le village, à Kilpisjärvi, autant dire qu’on parle de haute altitude finlandaise !

Samedi 9 Juillet 2016: L’air de la Laponie finlandaise

Nous embarquons sur un bateau en direction de Koltalahti pour une randonnée de 15 km à travers le Three Border Point, le point symbolisant la frontière entre la Norvège, la Finlande et la Suède et la réserve naturelle Malla.

20 minutes de trajet en bateau et 3 km de marche à pied sont nécessaires pour arriver à ce fameux point symbolisé par une borne dans un lac. La suite de la randonnée se déroule dans le cadre somptueux et sauvage de la Laponie et permet de s’initier aux joies de la randonnée en milieu quelque peu humide au travers de quelques marécages où sont aménagés des caillebotis pour les traverser. Les forêts de bouleaux réservent d’autres petites surprises entre pierres glissantes, up-and-downs incessants, pierriers et cours d’eau à franchir. Cela dit, rien d’insurmontable, juste une bonne nuit en perspective pour les moins échauffés.

Au retour au village, l’unanimité domine dans ma famille enchantée par cette parenthèse en plein air et à la découverte de la sauvagerie, loin de la civilisation hexagonale. Après un repas copieux englouti tardivement, nous repartons pour de nouvelles aventures de retour en Norvège en gardant en tête ces images de vallons, de toundra et de collines aux pentes douces.
Bateau sur le lac KilpisjärviRandonneursCairn des trois royaumesRandonneurs sur sentierLa LaponieCascadeLa LaponieMont SaanaRivière