Depuis Maseru, la capitale ou rien ne retient le voyageur, l’acheminement vers notre première vraie étape au Lesotho ne s’est pas fait dans la facilité. Nous découvrons le système des transports publics, principalement réduit aux taxis et mettons 4h et 160km pour parvenir à destination. L’arrivée au parc national Ts’ehlanyane – les cours d’aide à la prononciation nous vaudront d’abandonner rapidement- se fait sous une chaleur écrasante et un ranger nous intercepte à l’accueil. Bishop de son prénom avec qui le courant passe très rapidement nous apprend que le camping bien aménagé peut nous accueillir pour une somme ridicule de 40LSL/2,5€ par personne tandis que pour les chambres du parc national cela revient à 150LSL/9,5€ la nuit pour deux. La cuisine est tout juste équipée de plaques de gaz, au final ce logement est certes sommaire mais l’essentiel est ailleurs. Il suffit de jeter un œil à l’extérieur pour admirer l’environnement exceptionnel.

Coucher de soleil parc national Ts'ehlanyane

A 1900m d’altitude, le parc demeure assez ignoré des touristes privilégiant plutôt les Highlands du centre. Pourtant les sommets de plus de 3000m enneigés en hiver donne un sentiment de toute puissance et d’écrasement vis à vis des bipèdes que nous sommes. Pour se déplacer, soit on longe les rivières complètement asséchées, soit on monte. Alors bien entendu, lorsqu’on vient se renseigner sur les activités possibles, c’est tout naturellement que les randonnées pédestres sont largement plébiscitées même si le cheval basuto passe plutôt bien. Bishop nous indique multiples randonnées possibles à savoir:

  • The Circular Route, Difficile, 13km (depuis le lodge), D+ > 700m, permet d’avoir un tour d’horizon du parc jusqu’à 2600m d’altitude,
  • The Litsumi Cave Trail, Difficile, 8.4km, D+600m, permet de monter à 2500m à des grottes hébergeant des porcs-épics
  • The Upper Trail to Black Pool, Facile, 3.2km, (depuis le lodge), D+100m, une balade jusqu’à Black Pool
  • The Waterfall Trail, Modéré, 8.7km (depuis le lodge), D+ > 400m, une montée vers une belle cascade
  • Liaison avec Bokong Nature Reserve via Holomo Pass: 39km, 2/3 jours de marche pour un petit trek spectaculaire.

Bien que naturellement nous aimons la marche, la chaleur asphyxiante atteignant 38°C dissuade d’user nos organismes. Nous remarquons sans peine que les rangers se mettent à l’abri de la chaleur dès que possible et suent au moindre mouvement comme nous. Certains n’aimant pas la chaleur avouent laconiquement:

It’s too hot.

Puisque l’on veut préserver nos corps, les chevaux gambadant dans les prés au loin donnent des idées. Il est tout aussi possible de louer des chevaux et même d’engager un guide pour une virée d’une journée sur un parcours avec ses technicités, le tout pour une modique somme de 560LSL/35€ à deux. Il saura mieux vous présenter les spécificités du parc et même détecter des animaux sauvages comme l’élend.
Accueil du parc national Ts'ehlanyane

Évidemment, comme le veut la tradition en été, les soirées sont orageuses.

Le vent se lève, le tonnerre gronde au loin et propage loin son onde de choc, une grosse averse de pluie menace d’arriver à l’instant, le ciel a une couleur splendide et alors que l’on sirotait une bière dans un bar, les sommets des montagnes prirent une parure jaune pour un dernier coup d’éclat. Qui dit coucher de soleil accompagné de pluie, dit arc en ciel bien timide face aux éclairs vifs et difficiles à photographier malgré mes nombreuses tentatives. Un véritable feu d’artifice dans le ciel.

Coucher de soleil sous un ciel orageuxCoucher de soleil parc national Ts'ehlanyane

Enfin, force est de constater que la chaleur ne se dissipera pas avant notre départ, c’est à la fraîche un matin, vers 5h30, que nous nous engageons vers le Litsumi Cave Trail. Toute la montée se fera au gré du lever de soleil et d’une relative fraîcheur. Progressivement l’ombre cède la place au soleil et il est possible de distinguer un dégradé assez unique de couleurs compte tenu du relief, du premier plan encore ombragé à l’arrière plan en plein cagnard. Nous arrivons facilement aux grottes en une paire d’heures de marche mais l’accès est quelque peu sauvage, de plus des porcs-épics les occupent, nous ne les pénétrons donc pas.

Jeux de lumière dans le parc national Ts'ehlanyaneLever de soleil sur les montagnes

La descente se fait sous un four. Pour ne rien arranger, les rivières et torrents sont à sec, et même 3L d’eau chacun ne suffisent pas pour une simple randonnée de 4h30. C’est dommage car l’eau fait partie intégrante de ce parc national avec de multiples pools et chutes d’eau tant le relief est escarpé, cela enlève un peu au charme du décor. Avec la sécheresse sévissant actuellement, seule l’eau en provenance du grand barrage Katse Dam et acheminée par le tunnel Hlotse, faisant partie du projet Lesotho Highlands Water permet d’irriguer les vallées en amont et par conséquent l’Afrique du Sud…

Quoi ?

Que vient faire l’Afrique du Sud avec l’eau du Lesotho ? Ceci est un autre débat.

Rivière totalement asséchéChemin de randonnée sous la chaleur torrideMaisons des rangers du parc national Ts'ehlanyaneUne des maisons en pierres du lodgeOrage venant dans le parc nationalTs'ehlanyaneNuit tombante sur le parc national Ts'ehlanyaneRandonneur profitant des montagnes pieds croisésmoi_Ts'ehlanyaneGrottes de LitsumuTorrent asséchéArbre en chaosEau en provenance de Katse Dam et qui nourrit la valléeRandonneur