Tout le monde a entendu parler des Lofoten. La mer, les fjords, les montagnes, les petits ports de pêche, les rorbus, que d’images qui reviennent en tête dès lors que l’on évoque cet archipel.

Mais quid de l’île de Senja ?

Moins populaire que les Lofoten, plus sauvage mais tout aussi intéressante, c’est pourtant la seconde île du pays avec une superficie de 1586 kms² pour une population de 8000 hab. A 1h de Tromsø par ferry ou 2 heures de route, les paysages les plus spectaculaires sont situés au Nord-Ouest de l’île. Cependant pour des raisons dont seul le voyage en possède les secrets, je n’ai pas pu me rendre dans cette si fameuse partie !

C’est donc par 3 endroits différents, pas vraiment fréquentés, que je vais vous présenter cette île, entre terre et mer, petits ports de pêche, lacs montagneux et belvédères ouverts sur l’horizon.

Stonglandseidet, petit hameau tranquille

Il était une fois, à une station service située à un turn-off, un type qui tendait le pouce. Une voiture passe, au volant une norvégienne retraitée, non anglophone et le type est embarqué. Finalement il se retrouvera hébergé par cette famille à Stonglandseidet !

Voilà comment je me suis retrouvé dans cet endroit improbable à l’existence insoupçonnée le matin même. Il a fallu sortir la carte pour comprendre où la conductrice se dirigeait ce qui finalement arrangerait bien mes plans dans l’optique de traverser l’île à pied.

C’est ainsi que je me retrouva à partager, le temps d’une nuit, la vie d’une famille, Rigmor et Dagginn de leurs prénoms (le nom sur la boîte aux lettres a été effacée ^^).
Boite aux lettres

Leur fils ainé, Dag,  la quarantaine, maîtrisant bien mieux l’anglais que ses parents s’occupera de faire la conversation.

Il faut dire, il y a matière à parler: dans le temps, il fut aussi auto-stoppeur et avait entrepris plusieurs périples à vélo. A un âge similaire au mien du temps de ses périples, nos parcours se ressemblent. Puis un jour, alors qu’il ne jurait que par l’aventure, le destin est venu ajouter du piment dans sa vie: il rencontra sa femme, israélienne de surcroît. Il a fini par faire sa vie en Israël et ils eurent deux enfants. Des années plus tard, il était temps de changer d’horizon et une installation temporaire en Norvège se profilait pour la petite famille. Il décrit avec précision son couple:

My wife and I are completely different, except two things: we do not like the same kind of people and we have the same sense of humor. And that’is it. It is still working after twenty years.

Devant mon étonnement face à ces propos et à l’exposé de mes nombreux rêves, il en profite pour rajouter:

I was like you. Everything is possible. Think about that.

Le reste de la soirée se passera sans encombres autour d’un buffet typique norvégien, mélange de sucré-salé et de nombreuses confitures de baies ramassées dans les environs. A mon tour de leur offrir ce qui me reste de purement français dans le sac à dos: le fameux saucisson !

Intérieur d'une maison norvégienne

Intérieur d'une maison norvégienne

Quant à Stonglandseidet, petit hameau de 225 hab, il se trouve à l’embouchure de la péninsule de Kariskogen mais aussi dans un bras de mer. L’activité principale, comme tout village de la Norvège du Nord proche de la mer est bien évidemment la pêche.

La mer à Stonglandseidet

Petit port de Stonglandseidet

Stonglandseidet

Il est intéressant d’observer en cette fin d’après-midi, une lumière très rasante annonçant un très long coucher du soleil. Sans parler de l’humidité générée par la mer offusquant les montagnes au loin. Malgré sa taille limitée, le village dispose de toutes les commodités nécessaires à la vie locale: une banque, un store, une école publique, une garderie et enfin l’église ! Parfait pour encore mieux observer cette lumière rasante et si spéciale:
Stonglandseidet au soleil couchant
Eglise de Stonglandseidet
Cimetière de Stonglandseidet
Cimetière de Stonglandseidet

Torsmoen, au milieu de rien

Encore un trou paumé diraient certains.

Le trek sur l’île Senja ayant coupé court et sans aucune solution d’hébergement, je me suis rendu au Senja Camping afin de me remettre propre, la randonnée ayant été très humide. Pas si simple à accéder en stop, deux heures seront nécessaires pour 20 kms avec un peu de marche à pied !
Torsmoen au milieu de ... rien

Panneaux à Torsmoen

IMG_9696_DxO-800

IMG_9697_DxO-800

Le camping est tout de même placé dans un cadre idyllique, en dépit de la météo. Des départs de randonnées sont très proches et ceux qui cherchent la tranquillité y trouveront leur compte. Il faut le dire, le camping se situe sur le côté d’une piste forestière à 5 kms de la première route bitumée !

Néanmoins, Harry le propriétaire confirmera que le camping est rempli durant toute la saison d’hiver, démarrant dès fin octobre. Il sert de base à toute excursion en ski ou en raquettes. D’ailleurs l’automne étant une saison creuse, Harry part bientôt en vacances avant le rush hivernal. Malgré le temps nuageux, la luminosité et les spectaculaires reflets dans l’eau révèlent un côté menaçant et étrange des lieux.

Lac à Torsmoen sur l'île Senja

Lac à Torsmoen sur l'île Senja

Lac à Torsmoen sur l'île Senja

Finnsnes, la porte d’entrée de l’île Senja

Put your backpack in the back.

Harry prononce ces paroles alors qu’il se charge de me ramener dans son pick-up vers Finnsnes, porte d’entrée de l’île Senja. Sa tournée du vendredi, il en a l’habitude. La dernière avant ses vacances.

Arrivé à Finnsnes, il pointe du doigt un sommet proche de la ville et indique:

There is a nice walk for you. You should get there. I’ll bring you where the track starts.

Il aura raison:
Sur les hauteurs de Finnsnes (vardfjellet)

Sur les hauteurs de Finnsnes (vardfjellet)

Hutte au dessus de Finsnes (vardfjellet)

Logbook de la hutte

Le sommet du Vardfjellet est accessible en une bonne heure de marche depuis Finnsnes. Les norvégiens sont nombreux à venir s’y promener, le temps d’un aller-retour, que cela soit en marchant ou en courant. Il y a pire comme pause-déjeuner. A regarder les entrées dans le logbook, le sommet serait un excellent spot d’observation des aurores boréales.

De retour à Finnsness, l’heure est à l’embarquement pour le bateau express de la compagnie Boreal vers Tromsø. Pour les norvégiens, le bateau est un moyen de transport efficace et rapide comme l’est le train dans d’autres pays. De la même manière, il y a un terminal d’attente pour les passagers:
En attente du ferry à Finnsnes

En attente du ferry à Finnsnes

Le trajet bien que cher (280NOK/34€) offre tout le confort du monde moderne, Wifi compris !

A bord du ferry Finnsnes - Tromsø

Ferry Finnsnes - Tromsø

Finalement, entre terre et mer, l’île Senja laisse des possibilités de s’amuser pour tout le monde !