C’est un rendez-vous qu’on aurait pu louper.

La faute à cette satanée couverture nuageuse stagnant sur le nord de la Norvège alors que le reste du continent baigne sous le soleil. Depuis l’arrivée de ma famille, le soleil n’a pas daigné de se montrer comme pour mieux montrer son autorité.

Le Nord de la Norvège, c’est avant tout un climat difficile, et ce en toute saison. Rien n’est garanti. Les habitants vivent avec ce climat et sont obligés de s’adapter.

Quitte à porter des pulls et parfois même des bonnets en plein été.

Alors on commençait à désespérer voir le soleil descendre, frôler l’horizon pour remonter.

Ce jour là, frustrés par les pluies de la veille dans les Alpes de Lyngen, comme pour nous récompenser le soleil fait enfin son apparition. La frustration laisse place aux sourires, à la contemplation, à l’émerveillement. Tout de suite, les montagnes saupoudrées de neige et plongeant dans l’eau font leur effet.

This is Norway serais-je tenté de dire.
Vue depuis l'intérieur du ferry

Ce soir nous assistons à la démonstration du soleil de minuit comme pour prouver à nous-mêmes que ce phénomène existe réellement. Le soleil rayonne de plus en plus bas, il devient possible alors pour tout photographe averti de pouvoir choisir des sujets et de prendre des photos avec une palette infinie de couleurs qui changent au fil des minutes. Allez aux tropiques pour faire le même exercice et vous verrez que c’est impossible tellement le soleil, à l’opposé se couche tellement vite. Par contre il laisse un large spectre lumineux dans le ciel qu’il est tout aussi possible de capturer en une fraction de minutes.

Aux pôles ou aux tropiques, photographier le coucher de soleil constitue deux exercices bien différents.

Soleil de minuitSoleil de minuit

Un soleil qui brille vers 23h45 à une latitude de 69°N cela donne un curieux sentiment de vivre un coucher de soleil hivernal. Cela donne une humidité qui monte au fil du temps où le soleil rase les montagnes avant de se relever. Cela donne des rues désertes alors qu’il fait jour. Nuit ou jour, l’heure à la montre ne change pas.

Impossible de se fier au soleil pour savoir l’heure qu’il est, les repères sont bouleversés et invisibles.

Non, non, non, il faut forcer notre esprit à admettre que le soleil ne se couchera pas, lui d’ordinaire pour qui la journée suit un cycle jour-nuit. Sans cesse mon paternel ne s’exclamera devant cette situation extraordinaire inconcevable jusqu’à présent. Ce graphique résume les heures de levers et couchers de soleil à Tromsø, notons que pendant 1 mois et demi le soleil ne se couche pas.

Même après ces périodes, pendant quelques jours, l’illusion du coucher n’est que partielle. Tout juste le soleil reste caché suffisamment longtemps derrière les montagnes pour qu’une légère pénombre s’installe.

Et qui s’agrandit au fil des jours. Jusqu’à inverser la tendance et tendre vers la nuit polaire.
Soleil de minuitLe soleil est éternel !

Je dois bien vous avouer que vivre sans nuit est bien agréable. Il paraît que cela affecte les nuits de certains, les miennes, si peu. Je préfère le jour à la nuit. 22h45 à la montre, je n’ai pas envie de me coucher, enlever six heures et ajouter la nuit et je m’endors quand vous voulez. Enfin le jour permanent influe sur votre propre rythme forcément moins stressant car il y a le temps !

Pourrait-on conclure alors qu’en s’étirant dans la journée, le soleil étire aussi le temps ?

A vous de voir.