En quelques photos, je vais vous présenter ce que j’ai retenu de mon passage sur la péninsule d’Otago à quelques encablures de Dunedin, ville de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. La péninsule est connue pour sa faune mais aussi pour ses collines verdoyantes.

Victory Bay

Ne me demandez pas comment j’ai atterri là. C’est encore une histoire de pouce. Une bagnole me prend, des français qui se baladent dans le coin. La nana connaissant mieux le coin nous emmène à son spot préféré: Victory Bay. La plage est vierge de présence humaine, le vent souffle comme pas possible, balayant le sable d’une force phénoménale à en faire pleurer les yeux. Ensuite, un petit secret. Au fin fond de cette baie, reposent tranquillement des lions de mer que l’on peut approcher relativement de près (il est conseillé de rester à 10m). Et puis un dernier secret. Là quelque part, on peut voir un trou et y deviner des bébés pingouins. Hors de question de les déranger plus mais c’est véritablement mignon d’imaginer qu’ils sont bel et bien là.
Victory Bay

Les lions de mer

Hou la belle bête que l’on peut voir en photo. Les lions de mer paraissent paisibles, sourient tout le temps, voire se moquent de nous ! Enfin, ils peuvent jouer entre eux, à moins que cela soit un « combat » pour assouvir sa domination. Mais bon, quelle vie ils ont, je vous jure. Il faudrait les voir aussi quand ils ont envie de piquer une tête. Ils ont juste à se laisser glisser et hop c’est parti. Avec 15000 têtes restantes selon un recensement, l’animal serait néanmoins considéré comme vulnérable et est donc protégé.
Lions de mer

L’arbre penché

Visible quelque part vers Sandy Mount, cet arbre penché est véritablement insolite. A ceux qui ne me croient pas quand je leurs dis que la Nouvelle Zélande est un pays venteux, je leur montre cette photo. Bon, particulièrement les 2 jours passés sur la péninsule d’Otago, j’étais rincé par un vent venu je ne sais d’où, mais c’était vraiment usant à la longue. Est-ce qu’un jour l’arbre craquera ? Il serait amusant que d’autres touristes passent par là et m’envoient des photos pour comparer la position de l’arbre vis à vis du sol !

Arbre tourmenté par le vent

Les collines verdoyantes

Cette photo, c’est exactement le cliché du pays que j’avais en tête avant de venir. Des collines verdoyantes à perte de vue et par ci et là des moutons dont absolument rien ne viendra perturber leur tranquillité. On retrouve ce type de paysage sur la péninsule mais aussi pas mal dans l’île du Nord. Cependant sur une bonne partie de l’île du Sud, c’est plutôt l’alternance mer, forêts tropicales, lacs et montagnes qui domine.
Collines de la péninsule de l'Otago

Vue sur Allans Bay

Pour atteindre ce point de vue, ce fut un peu la croix et la bannière. Alors que je venais d’attendre Sandy Mount, je vois qu’il y a la possibilité de prolonger la balade vers d’autres points de vue. Pour arriver à celui-ci, ce fut champêtre ! J’ai du traversé des champs de moutons remplis de crottes et les bêtes me regardaient d’un air ahuri, toutes prêtes à bêler. Quant enfin j’atteignis le point de vue, je du faire gaffe à ne pas trop avancer sous peine de tout simplement tomber de la falaise ! La baie est tellement large que même en grand angle, mon appareil photo ne pouvait la prendre en entier (du 28mm).
Allans Bay

Sandfly Bay

Rien à voir avec les moustiques, véritablement absents sur cette plage, Sandfly Bay est connue des touristes car elle héberge plusieurs colonies de manchots aux yeux jaunes, espèce elle aussi protégée. Il est avéré que le meilleur créneau pour les voir est très tôt le matin, ou alors le soir, à partir de 19-20h. C’est armé de courage et de patience que j’ai attendu leur venue dans une petite cabane d’observation placée discrètement au fond de la baie. Mais je n’étais point seul. Alors que d’autres ont eu la chance d’en apercevoir, c’est quasiment en bon dernier et à la tombée de la nuit que je me résigne à rentrer la tête basse. Puis soudain au travers des dunes, un couple m’indique en avoir vu. Bon ils sont bien cachés, mais je les ait vu (et pas de photos).
Badauds attendant la venue des pingouins

Les plaques de sable

Me promenant non loin de Sandfly Bay, je remarquais subitement quelque chose d’assez étrange. Alors que le sol était majoritairement constitué de sable mou brassé par les multiples passages, les environs eux, étaient figés. Comme des rochers. Ici ? Bizarre. En effet, en m’approchant de plus près de ces formations, il s’agissait de sable qui avait été plaqué et durci par le vent, ce qui occasionne donc un tas de motifs différents. Enfin lorsqu’on écrase le sable, le bruit sonne véritablement comme une plaque.
Sable se figeant au sol