De retour de voyage, vous ne vous êtes jamais demandé ce que vous auriez pu faire autrement ? D’être frustré de n’avoir jamais pris cette route subjuguante partant à gauche ? Ou alors, que vous voudriez repartir pour explorer plus finement maintenant que vous avez découvert une large partie, entendu des conseils ?

Alors, c’est là que vous vous mettez à la recherche de ces endroits sur Internet. Des blogs fouillis aux sites institutionnels en passant par le bon vieux Google Maps et puis vous finissez par esquisser une carte en mettant des punaises aux lieux que vous aimeriez bien voir.

C’est en tout cas ce que j’ai voulu faire pour la Nouvelle Zélande en 10 lieux:

Des explications pour ces punaises, histoire de justifier mes choix et aussi de rêver (encore) un peu, de haut en bas:

  • Situé en plein coeur de la péninsule de Coromandel, The Pinnacles en est son sommet à 773m. Accessible à pied depuis le Kauaeranga Kauri Trail c’est l’occasion idéal de se confronter au fameux et déconcertant (pour un européen) bush néo-zélandais ainsi que de dormir dans la plus grande hutte du pays. 80 places ! L’occasion rêvée pour sociabiliser avec les kiwis ! Et si vous voulez en savoir plus, direction cet article de ma pote Steph’ qui y est allée
Coromandel Range, from The Pinnacles, view looking southwest, Coromandel Forest Park, Thames-Coromandel District, Waikato, New Zealand 1

flickr/alan cressler

  • Pour être passé en auto-stop à Tauranga, la situation de cette ville m’avait interpellé avec le Mont Maunganui qui domine littéralement the bay of Plenty. Enfin il ne faut pas oublier non plus que Te Puke, la capitale du kiwi n’est qu’à quelques kilomètres sans compter que les nombreux maoris installés sauront vous accueillir !
Tauranga, Nz

flickr/almaarte_photography

  • Tikitiki: alors pour le coup, c’est complètement au pif et presque terra incognita. L’Est de l’île du Nord est évité des touristes puisqu’assez loin des grands axes de communication. Je n’ai strictement aucune idée de ce qu’il y a à voir, à part que l’église Saint Marie de Tikitiki est jolie, que les maoris sont très représentés dans la région et que c’est aussi là que le soleil se lève en premier en Nouvelle-Zélande !
Old house, Tikitiki, Gisborne, New Zealand

flick/bryan_robinson_nz

  • La route 43 à partir de Taumarunui, c’est juste l’histoire d’un petit délire personnel que j’avais eu avec un flic qui m’avait pris en auto-stop. Je devais initialement me rendre de Taupo à New Plymouth et le trajet n’est pas des plus aisés. Il n’y a pas de route directe et passante. Or je voulais « oser » un peu et prendre des routes « not busy » comme ils disent. Pour voir si ça passe comme on pourrait dire. Le flic en question me certifiait que les fermiers seraient surpris de me trouver ici. Et c’était tout ce qui me donnait envie ! Malheureusement, arrivé à Taumarunui, à l’intersection de cette route 43, surnommée la Forgotten World Highway,  je me ravisa par fatigue pour prendre une route plus facile, la journée ayant déjà été longue… Alors si un petit délire en auto-stop sur des routes complètement paumées et chargées d’histoire vous tente, vous savez où aller ! Mes compères de Shoesyourpath y sont allés.

Sac à dos d'autostoppeur

  • Mount Stokes est le sommet des Marlborough Sounds. Autant admirer les sounds depuis une voiture c’est agréable, je ne suis pas toutefois convaincu que cela soit le plus « impressionnant ». Il y a bien le très populaire Queen Charlotte Track qui permet de sillonner sur diverses crêtes des sounds durant 3/4 jours, mais encore une fois, disons que la popularité rend cela moins exotique. Il y a aussi postuler à des offres Helpx/Wwoofing pour être perché tranquille dans un sound accessible en bateau, mais là aussi, cela commence à manquer d’originalité. Non, tout simplement, ce qui me semble incontournable, c’est de grimper le sommet de la région, le Mont Stokes donc, à 1203m. Histoire de prendre un bon coup de vent ! Et pour couronner le tout, voici le récit de l’ascension de Steph’
Mt Stokes

Flickr – dnguyenphotos

  • Kaikoura est une petite ville de l’île du Sud, composée de 2000 habitants. Cela dit, on trouve de tout, et la ville est majoritairement connue pour son environnement exceptionnel ! Les montagnes viennent littéralement se jeter dans l’Océan Pacifique, tandis que les animaux marins (dauphins, baleines, phoques) s’amusent ! Et je n’y suis pas allé ! Donc rien que pour se promener sur les plages et contempler les montagnes, ça vaut le détour !

Kaikoura beach

  • Malgré son accès très difficile en véhicule, Lake Sumner est une destination très prisée des kiwis pour tout ce qui est outdoor: tramping, pêche, VTT, chasse et kayak. On désigne plus largement le Lake Sumner Forest Park qui inclut d’autres lacs du secteur. Quelle différence avec d’autres destinations dans les alpes du Sud me direz-vous ? Eh bien, vous êtes quasi certain d’être parmi les autochtones ! Pas de touristes en vue, à part éventuellement les trampers venus sur le Te Araroa Trail qui passe dans le secteur. En tout cas, si vous y allez, réjouissez vous autour d’une hutte pour profiter des lacs, forêts et montagnes aux environs !
Lake Sumner

Flickr – nkhalaman

  • Edoras, ça vous parle ? Rappelez vous de ces vues extraordinaires offertes sur les vallées plongeantes dans le Seigneur des Anneaux dès lors que la cité d’Edoras était abordée ? Et bien, le lieu de tournage se trouva au mont Potts tandis que les environs sont plutôt liés à Erewhon Station, une énorme ferme. Notez, que j’étais allé pas très loin, mais sur l’autre rive de la rivière Rangitata à Mesopotamia Station. Ce lieu, ces montagnes, ce désert m’avait complètement scotché et depuis je liste toutes les routes en gravel road partant vers l’inland ^^ Erewhon Station en fait donc partie naturellement, sachant qu’encore une fois, mes compères de Breizh-Zelande y sont allés, j’en suis jaloux !

Mountain on the way to Edoras

  • Bien planquée à 60 kilomètres de Wanaka, la vallée Matukituki est à la fois aux portes du parc national du mont Aspiring et de la côte Ouest. La rivière serpente tout le long et révèle un caractère romanesque depuis de nombreux points de vue accessibles par des tracks. Notons notamment aussi la possibilité d’apercevoir plusieurs glaciers dont l’emblématique Rob Roy. En ce qui concerne les hauteurs, le Cascade Saddle est une course prisée, avec vue sur la vallée et le Mont Aspiring, depuis notamment un camping (j’en parle ici). Sinon, le Rabbit Pass contentera ceux qui cherchent quelque chose plus en dehors des sentiers battus.
West Matukituki Valley

Flickr – cjjones1714

  • Un jour, surfant sur la vague nostalgique de la Nouvelle-Zélande, je suis tombé sur un article du blog « Sur la route de Natacha ». Elle venait de faire l’ascension du Mont Alfred situé pile au dessus de Paradise près de Glenorchy, un foutu paradis qui porte bien son nom. Les photos m’avaient secouées et je vouais une jalousie sans limite à ceux qui parvenaient à ce sommet, qui pourtant se mérite ! Le track n’est pas d’une grande évidence à suivre. Au dessus de tout cela le Lake Wakatipu, Glenorchy, Paradise et en extrapolant gentiment, Queenstown, Franktown, les Remarkables, quelle grosse claque ! Et c’est juste pour en reprendre une que je souhaite y retourner !

_DSF0411

C’est quand que j’y retourne alors ?

Non, la question est plutôt, c’est quand que vous y allez ?

J’ai déjà eu ma part du gâteau, prenez en aussi. Il y aura toujours des lieux que je voudrais approfondir éternellement. Pour preuve, cette liste de 10 lieux peut facilement être étendu à 20 lieux.

Je voue une nostalgie sans limite à mes tussocks land du Mackenzie Country près du Lake Tekapo. Je me rappelle encore de ce passage lunaire à Lindis Pass avec la frustration d’un lift ne s’y arrêtant pas. Les Mavora Lakes méritaient le coup d’oeil. Dunedin, ville sympathique méritait bien plus qu’un passage nonchalant de ma part. De même avec Picton. Et que dire de la We[s]t Coast parcourue rapidement avec un stopover à Franz Josef Glacier. Enfin, le parc national Kahurangi méritait bien autre chose que d’être complètement évité !

Alors vous voyez, les possibilités sont sans limite.

On the road again !
Lenticular coulds, effet du Norwest arch, un vent chaud !