Cet article sort du cadre « classique » d’un récit accompagné de photos, mais est plutôt destiné à faire un retour sur mon ressenti après ce -vous l’aurez compris- formidable voyage en Russie. Nous sommes partis en ayant une idée très partielle de cette destination tout en essayant de mettre au placard les préjugés dont un (trop) grand nombre de personnes nous relataient.

Voici ci dessous, ce que nous avons vu, ressenti…. Bien sûr, ce n’est qu’une infime vision sur une infime partie de la Russie entrevue sur une échelle de temps si infime. Mais cela a le mérite d’être dit !

La beauté (laide) de l’architecture russe

Commençons par ces quelques photographies d’immeubles qui reflètent bien le côté carré, austère que l’on peut entrevoir un peu partout, mais excepté à Moscou, ce n’est pas ce qui prédomine.

Immeuble@Irkoutsk

Immeuble@Moscou

Rives de l'Angara

Immeuble@Irkoutsk

Vous noterez que sur cette dernière photo sans intérêt, on peut y deviner un « foutoir » tout autour de cette cour intérieure (c’est le cas) mais que derrière cette porte, on accède à une auberge de jeunesse (ouiiii, le Baikaler, et pour le débusquer, faut avoir de bons yeux !). En réalité, on m’avait confirmé avant le voyage que tout ce qui était hostel, auberges de jeunesse n’étaient pas des plus aisés à trouver dans la rue, les bâtiments se font plutôt discrets. C’est à retenir pour quiconque veut s’aventurer en Russie.

Les villages aux routes défoncées au milieu de rien (mais on passe à l’aise ^^)

4 jours de Transsibérien , des visites de petits villages en pleine Sibérie autour du Lac Baïkal, on a eu l’occasion de voir un peu mieux comment c’était fait. Eh bien, on va bien le dire, ça ne ressemble à pas grand chose. C’est assez anarchique, sans de réel urbanisme, des routes ou plutôt des chemins en terre défoncées et des isbas en plus ou moins bon état. Voilà le topo de la Sibérie campagnarde.

Village typique peuplé d'isbas

Hauteurs de Litsvianka dominant le Lac Baïkal

Khuzir, le gros village de l'île d'Olkhone

Mais, cela a son charme, c’est dépaysant. Voyez plutôt ci dessous:

Le charme discret des isbas

Eh oui, en y regardant de plus près, il y a de quoi être charmé par ces modestes constructions en bois, teinté de couleurs plus ou moins folkloriques mais souvent avec bon goût.
Isba @Irkoutsk

Isbas@Litsvianka

Isbas@Litsvianka

Maintenant, je suis sur que vous voulez en voir un peu plus hein ??? Si vous allez sur l’île d’Olkhon et logez chez Olga, voici ce qui vous attend:

Cabane chez Olga@Khuzir

Isba chez Olga@Khuzir
Personnellement, je signe 🙂 Notez quelques observations. La porte de la cuisine est « blindée » pour protéger les pièces vitales (chambre et salon) du froid… L’intérieur est tout en bois, mais très sérieusement, l’isolation ce n’est pas vraiment ça. Dans notre piaule, on a du mettre le chauffage électrique (le pays du pétrole, allons y gaiement !!) à fond durant les nuits..

Le gros problème, c’est ce qui suit

Déchets

La photo est assez choquante: on y voit un tas de détritus avec le lac Baïkal au fond… Ce genre de scènes n’est pas rare. L’île d’Olkhon est littéralement envahie durant l’été et les gens, de part leur culture et éducation, n’ont malheureusement pas le réflexe d’emporter les déchets avec eux.. Ce n’est pas propre à la Russie, mais cela me désole à un plus haut point…. Les gens ayant une conscience écologique essaient de faire bouger les choses (à ce qu’on m’a dit) mais le problème réside vraiment dans la base: l’éducation…. Veuillez noter que par mes propos, je ne cherche pas à donner de leçons, juste à faire un constat et mettre en avant un vrai problème qui est répandu partout….

Résidus du socialisme

Pour être franc, il ne reste plus grand chose du « socialisme » ailleurs que des posters dans les brocantes:
Posters à l'effigie de l'époque soviétique

Posters à l'effigie de l'époque soviétique

Mais la sensibilité des russes serait (à ce qu’on m’a dit) encore assez forte vis à vis de cette période ou bon nombre de familles furent déchirées, ou encore que la transition vers une économie de marché a laissé des traces…Néanmoins, un constat global s’impose: le russe est fier. Il connait son pays, est fier de leur culture et n’hésite pas à s’épancher sur la puissance du métro moscovite (un exemple). Il aime savoir ce qu’on pense de son pays..Et enfin, le 9 mai, comment dire … C’est l’occasion ou jamais de voir des papys revêtant des costumes d’une autre époque. Bon on a quasi rien vu, nous étions dans la steppe à gambader ^^
Préparatifs du 9 mai au Kremlin

Soldat gardant la tombe du soldat inconnu

Et les russes ?

Non, je ne parlerai pas uniquement de la gente féminime, dont je ne peux que constater le charme évident. Pour moi, tout résume à quelques traits de caractère déjà évoqués: curiosité et humilité.. Nous avons vraiment été surpris de voir ces jeunes venant nous parler malgré un anglais très sommaire dans une auberge de jeunesse, ou encore de constater la timidité de quelques jeunes filles croisées dans le Transsibérien, qui pourtant mourraient d’envie de nous parler. Ou encore, de ce couple rencontré en plein forêt sibérienne qui nous offre le pain-saucisse autour d’une bonne rasade de vodka…. Sans parler des incontestables Tanya, babouchka sociable rencontrée dans le train et d’Olga, babouchka aussi mais hyperactive, notre hôte à ,Olkhon dont malheureusement je n’ai pas de photos à vous exposer. Mais voici quelques photos de situations de la vie de tous les jours:

Promenade à Litsvianka

Vie animée sur les quais d'une gare du Transsibérien

Trolley bus

Mariage en limousine

Vous remarquerez que sur cette dernière photo, les mariages en limousine, ils ne font vraiment pas semblant !! Selon le Figaro, Moscou est la capitale des milliardaires…