La ville c’est bien beau, mais je préfère largement les coins authentiques ou l’on peut humer la « vraie » vie locale.

Aujourd’hui, je pars donc à la découverte de Falun, en Dalécarlie. La région est très réputée car elle concentre tout ce qui fait la renommée de la Suède : maisons rouges, forêts à perte de vue, ski de fond, lacs etc…

Le train, tout neuf et confortable m’emmène directement à Falun avec quelques arrêts sur le trajet. Il traverse des lacs, des forêts, passe à côté des maisons rouges et c’est même gelé par endroits. C’est vraiment beau !


Afficher Falun sur une carte plus grande

L’arrivée à Falun me laisse devant le fait accompli : je n’ai rien préparé de la suite, c’est la première fois que je fais à l’arrache et ça ne semble pas évident !

Pas de bus, et je ne sais pas quelle direction prendre pour aller à une auberge de jeunesse repérée. Alors, en route à pied en longeant le lac Runn et entourée de maisons rouges !

 

Il n’y a pas que des maisons rouges, mais aussi des maisons jaunes, très belles

 

L’auberge est fermée à mon arrivée, alors tant pis, je reviens en ville à la recherche d’un autre logement !

Il est temps de se ravitailler un peu et je noue quelque peu le contact avec une commerçante : Un  « Tack så mycket – Merci beaucoup » de remerciements bien placé, un « oohhh varsågod – de rien » en retour et me voilà à lui expliquer les raisons de mon passage à Falun.

Malgré une population de 35 000 habitants, la ville est si espacée que ça donne l’impression d’être dans une bourgade tranquille. La vie, ici semble conditionnée par l’Hiver à en voir les voitures avec des projecteurs, les sas aux entrées de magasins, la largeur des rues, le type de bitume l’inclinaison des toits des maisons.

 

Les attractions majeures de la ville résident dans la mine de cuivre, qui a été parmi les plus grandes du monde et les quartiers des ouvriers, regorgeant des maisons rouges construites il y a plusieurs siècles, le tout étant classé au patrimoine de l’UNESCO.

 

L’auberge du soir est une ancienne prison. Un calme royal règne. Ce soir, impossible de nouer des contacts ! Il n’y a que des autochtones et ils ne semblent pas prédisposés à la discussion, malgré quelques tentatives.

Avant de repartir le lendemain, le beau temps est de mise.

J’en profite pour aller me promener tranquillement dans Falun. Quelques maisons rouges par ci et là, un petit lac annexé au lac Runn.

Enfin la visite du musée Dalarna, relatant l’histoire, les us et coutumes de la Dalécarlie comblera mes derniers instants à Falun.

Malgré qu’il soit en cours de mise en place et incomplet, le musée est intéressant: on peut en apprendre plus sur cette fameuse région et les symboles en lien : le cheval de bois, le père Noël, la course de ski de fond Vasaloppet, le rouge provenant de la mine de cuivre de Falun et ornant les maisons traditionnelles en bois.