12 Février 2017

Soleil, check.

Itinéraire randonnée trouvée sur Internet, check.

Neige fraîche, check.

Température, warning.

Pour moi, c’est le jour à ne pas rater pour aller de nouveau en montagne. Il a bien neigé en altitude ces derniers jours, malheureusement les températures sont à la hausse. Sur la longue route vers le col de Porte dans l’Isère et dans le massif de la Chartreuse, la neige finit de céder la place au noir du bitume. Mais pour le bonheur de nos petits yeux, elle s’accroche encore aux arbres avant une nouvelle fois de céder de se laisser tomber au hasard des obstacles qu’elle rencontre: parfois le dos d’êtres humains en tee-shirt !

La randonnée est juste extraordinaire, l’ambiance de Grand Nord sereine.

A plusieurs reprises, nous avons répété notre chance d’assister à ce bol d’air que représente le sommet du Charmant Som malgré son ascension finale ardue pour mon physique diminué. On peut voir le Mont Dore et les crêtes du Jura, le massif de Belledonne, les sommets principaux de la Chartreuse, la pollution de Lyon et versant sud, le Vercors, Taillefer, le Dévoluy et je devine les Ecrins. A la descente, un dernier coup d’oeil aux arbres permet de voir que la neige a fini de se laisser glisser, le paysage évolue déjà si vite.
Montée sous la neige fraiche, encoreLa PinéaLa Grande Sure au fondLes Hauts Plateaux de la ChartreuseLa partie Est de la Chartreuse et Belledonne au fond avec Chamechaude à droiteSur la route vers le Charmant SomAu sommet de Charmant SomLe Grand Som en faceLes Hauts Plateaux de la Chartreuse

12 Novembre 2016

Il a neigé en plaine quelques jours plus tôt et en grosse quantité en montagne. Cela ne se voit pas forcément d’en bas mais ce n’est pas moins de 50 cm qui nous attendent au sommet de la Pointe de la Galoppe dont le départ, au col des Prés se trouve à 30min de Chambéry. D’ailleurs étant parti assez tard nous ne parviendrons pas au sommet tandis mon ami n’avait pas jugé opportun de prendre ses raquettes. Mal lui en a pris.

Cela ne change rien à la beauté des paysages qui se transforment en un rien de temps et adoucissent l’ambiance. Ces intempéries ont beau être précoces dans l’année, je crains que cette belle couche de neige ne disparaisse rapidement, il faut absolument que le froid règne pour maintenir la couche de neige. Les hivers ne sont plus ce qu’ils étaient.

La suite me donnera raison, tout se volatilisera lors d’une journée bien pluvieuse.

Montée finale vers la Pointe de la Galoppaz

8 Janvier 2017

Toujours si peu de neige depuis le mois de Novembre. Un besoin irrépressible de prendre l’air après la période des fêtes et de fuir la pollution de la vallée.

Je ne suis pas allé en montagne depuis mi Novembre en dehors des sessions de ski de descente. Direction le parking de la Doriaz dans les Bauges sous une légère couche de neige qui apporte un supplément agréable à cette balade à pied avec comme point d’orgue la Croix de Nivolet depuis lequel malheureusement nous ne verrons pas autre chose que les nuages. Le sommet emblématique des chambériens est un peu comme le Nord pour une boussole en matière d’orientation. On peut en dire tout autant avec la Dent du Chat, le Mont Granier et la pointe de la Galoppaz (ou Galoppe selon les locaux) d’autres sommets bien visibles depuis la vallée.

Ce qui est intéressant avec cette balade d’une paire d’heures est qu’on puisse la faire en boucle: par la forêt à l’aller puis par des secteurs plus aériens et câblés au retour avec le fameux passage de l’Échelle pour ceux qui cherchent un peu d’adrénaline. Je dois avouer que la prudence était réellement là mais de prise de risques, aucune. Le passage de la cheminée sur un autre versant de la Croix de Nivolet est éminemment plus compliqué: si la roche est humide, on ne fait que glisser à cause de la roche calcaire policée et il est nécessaire de faire quelques pas d’escalade pour passer. En Hiver, je ne m’y aventure pas.

Et puis la neige.. Dès qu’elle apparaît en filigrane, elle fait ma journée.

En route vers la Croix de Nivolet depuis la DoriazPassage de l'EchelleCascades de la Doriaz

15 Janvier 2017

Il a neigé jusqu’au centre ville.

Dès que les hauteurs sont atteints, c’est blanc partout. Ayant fleuré le coup, j’avais monté les pneus neige à la première alerte neige lancée. Dès la sortie de Cognin, la route se blanchit nette et je préfère ne pas imaginer les conditions de circulation pour monter au site nordique de la Ruchère. Finalement sans encombres.

La randonnée en raquettes vers le Petit Som l’objectif initial se trouve réduite à une belle balade en forêt. La poudreuse est difficile à brasser ainsi que les skieurs de randonnée créent des remous sur la piste, augmentant notre vigilance. Mais ça n’en est pas moins un plaisir de renouer avec cet or blanc, je bondis comme un gamin de 8 ans à chaque photo prise. Le froid régnant a beau tenter de raidir les membres de nos corps dès que l’on s’arrête, la bonne humeur reste de mise. Enfin comme par magie, alors que le ciel avait été sans cesse bouché jusque là, le sommet se dévoile vers la fin de la descente avec ses parois impressionnantes.
Le Petit Som se dévoileLa montée vers le Petit SomSur le retour dans la poudreuseEtendue de neige

15 Février 2017

Selon la météo des prochains jours: la douceur va régner avec un soleil éclatant. La neige qui a peiné à s’imposer dans le paysage depuis le fond des vallées alpines va devoir boucler rapidement sa valise de retour vers le ciel.

Une évaporation express.

Pour les savoyards avoir ce climat rendu mi-février, c’est déjà la fin de l’Hiver. Ou presque. La neige et le froid que j’adule tant vont déjà disparaître des radars alors qu’ils n’ont eu que 1 mois et demi pour s’exprimer. L’expression « neige de printemps » prend déjà sa place. Ce n’est peut-être pas pour cette année que je pourrais envisager une expédition de quelques jours sur les Hauts Plateaux du Vercors en raquettes.

Il retombera surement de la neige en Mars, voire même Avril. Mais peut-être pas de quoi organiser des sorties. Peut-être qu’un gros épisode neigeux arrivera comme l’année dernière début Mars et qui a tenu longtemps. Mais je préfère ne pas trop me faire d’espoir. Mes yeux se lèvent vers les montagnes environnantes. Dans quelques jours, elles ressembleront à ça.

belledonne
Hiver et neige, à l’année prochaine, peut-être. Je vous attendrais toujours.