Longtemps planifié et préparé à l’avance, ce WE du 23 au 25 Mars devait permettre de découvrir les montagnes des Vosges pour la première fois.

La seule incertitude concernait la météo et le cumul de neige restant. Ayant scruté sans cesse la météo les semaines précédentes, je finis par être rassuré en passant quelques coups de téléphone aux offices de tourisme.

Prenez des bonnes chaussures et des bons bâtons et ça ira. Au pire, sortez du GR5.

Me voilà rassuré.

Récit et photos

Jour 1 – Saint Amarin – Grand Ballon 9.5Km D+1150

Vendredi matin, je me rends comme un con à la gare de l’Est en direction de Mulhouse alors que le TGV partait de la Gare de Lyon. ARF. C’est pas grave, no stress. Après près de 4 heures de TGV + TER, me voilà rendu à Saint Amarin pour un dernier déjeuner avant de commencer la grimpette. Le temps est au beau fixe, le village est calme ce qui surprend le restaurateur qui ne manque pas de me donner des conseils comme d’aller au Hohneck. A retenir.


Afficher Vosges – Jour 1 sur une carte plus grande

La montée en direction du Grand Ballon se fait tranquillement sur le GR532 et principalement dans la forêt entièrement déneigée:

Soleil illuminant la forêt

Le paysage ne change que peu, mais déjà le silence et le bruit des oiseaux profitant du printemps est très apaisant. Après quelques heures de marche sans croiser âme qui vive, j’arrive sur les hauteurs. La brume dans la vallée des Vosges est très perceptible, l’humidité reste présente:
Rayons du soleil sur la vallée

 

Marchant sur la face du Grand Ballon la plus exposée au vent, le paysage est presque aride:

Sentier@Grand Ballon

 

L’arrivée au Grand Ballon, sommet des Vosges à 1424mètres mérite bien que l’on s’y attarde. Cela n’est pas très sauvage mais une vue à 360° est offerte.

Observatoire@Grand Ballon

Voyant le soleil décliner tout doucement, je décide de profiter d’un espace semblant hospitalier pour y planter ma tente. Le temps de faire la popote, le soleil décline encore et les nuances du ciel orangé se montrent. Rajouté à la neige éparpillée sur les flans de montagne, cela donne un beau paysage dont je ne me lasse pas de regarder:
Coucher de soleil@Grand Ballon

 

La nuit fut plutôt couci-couca dans la tente: le vent s’est levé, et malgré le muret censé protéger la tente, les toiles s’agitent. Il ne fait pas très froid, 0°C selon la météo indiquée par mon smartphone, mais le duvet apporte une excellente chaleur. Je finis par m’endormir et il vaut mieux car le lendemain, je me réveillerai à 6h00 pour ne pas rater le lever de soleil:
Bivouac au petit matin@Grand Ballon

 

Le voilà enfin qui se montre, le cachotier, beaucoup plus haut que prévu ! La brume persistante m’empêchera de voir les Alpes Bernoises qui font la réputation de sites de bivouacs au Grand Ballon ou au Storkenkopf à proximité:

Lever de soleil@Grand Ballon

 

Jour 2 – Grand Ballon – Lac de Blanchemer – 21.3Km D+670


Afficher Vosges – Jour 2 sur une carte plus grande

Le temps de me rendormir un peu après le lever de soleil, de faire la popote, je me mets en route à 8h15:

Au petit matin

 

C’est parti pour la seconde journée.

Un coup d’oeil à la carte me permet d’estimer jouable le fait de bivouaquer au Lac de Blanchemer le soir, afin de profiter de l’eau, d’un abri et d’être protégé du vent. Mais cela fait du chemin.

Étant en hauteur, entre 1100 et 1300 mètres, j’affronte plusieurs fois les versants non exposés au soleil et donc la neige. Cela passe sans soucis, je m’enfonce pas mal et sollicite pas mal mes cuisses. Peu de risques de glisser, les températures sont douces et la tendance est à la fonte des neiges. Le passage à la station du Markstein me permettra d’avoir quelques contacts humains et de récupérer une boîte d’allumettes pour mon réchaud.

L’hiver a tout de même été rude:

Arbre tordu

 

En mangeant le midi sur la route des crêtes fermée à la circulation pendant l’Hiver, je croise un randonneur en raquettes, désespéré des conditions climatiques très printanières.

Route des crêtes fermée

On discutera ensemble pendant une heure et demie de tout et rien. Je trouve beaucoup plus d’intensité dans cette rencontre que la plupart de celles que je fais dans la « vie normale ». Il me conseille vivement d’aller du côté du Hohneck car c’est magnifique et qu’on peut y voir des chamois. Je suis emballé par sa proposition et c’est limite s’il planifie pas l’itinéraire à ma place !

La suite continue sur les crêtes avec des passages plus ou moins enneigés, cependant, le décor devient de plus en plus magnifique.
Abri avant le Batteriekopf

 

Je suis littéralement émerveillé par la présence de ces nevés, le fruit de tempêtes de neige conséquentes, d’expositions au soleil et au vent différentes:

Descente du Batteriekopf

 

L’après midi avance bien, et effectivement le lac de Blanchemer est encore loin, je dois accélérer le rythme, ou plutôt moins prendre mon temps. Je veux arriver assez tôt au lac car selon la carte, il semble bien encaissé. Effectivement, dès la descente du Rainkopf, exposée au Nord, la neige est très présente et ne me quittera plus jusqu’au lac. Ce fut fatiguant, surtout lorsqu’on a en vue en le lac. La descente se fait en « explorateur » un peu à la « Into The Wild ».

L’arrivée au lac partiellement gelée est superbe avec ce décor:

Reflets@Lac de Blanchemer

 

Je pose la tente à proximité du lac, et presque collée à l’abri, rudimentaire mais qui joint l’utile à l’agréable pour entreposer ses affaires.

Abri@Lac de Blanchemer

L’eau étant présent, je fais une petite trempette très rapide, histoire d’évacuer la transpiration accumulée depuis la veille. Un peu froid mais ça passe, l’air ambiant est bon, autour de 10°C. Je fais ma popote et aussitôt dans la tente, vers 20 heures, je m’endors comme une marmotte.

Pas de lever de soleil ce matin, faut bien dormir un peu ! Après 10 heures de sommeil qui n’étaient pas de refus, voici la vue offerte, qui met tout de suite de bonne humeur:

Bivouac au petit matin@Lac de Blanchemer

 

Jour 3 – Lac de Blanchemer – Metzeral – 13.5Km D+550


Afficher Vosges – Jour 3 sur une carte plus grande

Étant redescendu en dessous de 1000 mètres, il faut maintenant remonter en altitude pour rejoindre à nouveau les crêtes. Je passe à proximité de nombreux torrents encore encerclés par la neige:
torrent sous la neige

 

Il faut aussi traverser plusieurs fois les pistes de ski de la Bresse-Hohneck. Comme sur la route, on regarde à droite avant de traverser. Pas de danger, on est au printemps, mais dans des zones ombragées et en devers, la piste gelée peut être glissante:

Station de la Bresse-Hohneck

 

L’arrivée au Hohneck (1363m) est fantastique. La vallée est très marquée et offre un décor alpestre. Pas étonnant qu’il y ait des chamois dans les parages. Néanmoins, les « tâches » de neige sont fascinantes:
nevés près du Hohneck

nevés près du Hohneck

 

La réputation du site ainsi que le beau temps amène indéniablement de nombreux marcheurs. Les discussions se font plus régulières que la veille et je pioche ici et là quelques conseils pour voir les chamois, malgré l’heure tardive de la matinée. Je n’en verrai donc pas, malheureusement, malgré du hors piste et un passage au Petit Hohneck.

Le lac de Schiessrothried est en vue, et effectivement les conseils du randonneur de la veille ont porté leurs fruits. C’est tout juste magnifique:

Lac de Schiessrothried

 

Il est maintenant temps de redescendre dans la vallée, en direction de ce lac, dans un décor nettement plus alpestre qu’auparavant. Les températures se font de plus en plus douces et je me croirai presque en été, à voir le nombre de randonneurs croisés.

Le lac de Schiessrothried incite carrément à la contemplation du paysage offert pendant de longues minutes:
Lac de Schiessrothried

ondulations@Lac de Schiessrothried

 

La randonnée touche presque à sa fin dans la vallée de la Wormsa, logique donc d’y trouver de nombreux torrents et jets d’eau puissants:
torrent

 

Cette photo de la vallée marque la fin de la randonnée à Metzeral:

vallée de la wormsa@Metzeral

Matériel et informations

Accéder en train:

Saint Amarin est accessible depuis Mulhouse, via la ligne TER Mulhouse-Thann-Kruth. Horaires ici: http://telechargement.ter-sncf.com/Images/Alsace/Tridion/AG_17_Mulhouse_Wesserling_Kruth_v1203_tcm-10-71030.pdf

Metzeral est accessible depuis Colmar, via la ligne TER Metzeral-Colmar. Horaires ici: http://telechargement.ter-sncf.com/Images/Alsace/Tridion/AG_19_Colmar_Munster_Metzeral_m%C3%A0j_1601_tcm-10-55441.pdf

Carte de randonnée utilisée:

Carte N 6/8 du Club Vosgien (Colmar/Munster/Hohneck/Gerardmer/LesBallons des Vosges), échelle 1/50000

Poids du sac:

13.5Kg au début, nourriture incluse et 2.5L d’eau. A la fin, le sac était léger ! Pourrait faire mieux en terme de poids, mais cela nécessite d’avoir un sac plus léger.

Nourriture emportée:

de quoi tenir 4 repas + 2 petits déjeuner: 2 sachets de riz 125g, saucisson 300g, sachets de biscuits petit-déjeuner, 300g de prunos, comprimés multi vitamines, 100g de chocolat noir, 8 tranches de pain de mie complet.

Eau:

  • vendredi: départ avec 2.5L, plein fait au bistro à Saint Amarin;
  • samedi: 1er ravitaillement à une source en dessous du Grand Ballon et 2nd ravitaillement au col de Hahnenbrunnen pour être tranquille;
  • dimanche: pioche de l’eau dans le lac et pastille qui va bien avec.

Quelques matériels utilisés:

  • Sac à dos 70L Lafuma Land Cruiser 2.2Kg;
  • Tente Eureka Spitfire SOLO UL 1.2Kg + feuille de Polycree pour protéger le tapis de sol de la tente 69g;
  • Matelas mousse: Therm-a-Rest – Ridge Rest SOLITE 400g;
  • Sac de couchage: Triple Zero Ansabere 600 Taille S 855g;
  • Réchaud: Ultimate Survival Technologies – Réchaud Wet Fire Titanium 12g associée à des plaquettes ESBIT de 14g et un pare-vent Brunton de 65g.

Vêtements:

  • 2 tee shirts thermiques: 1 de D4 « Base Layer » moulant pour le soir et l’autre en soie pour la marche;
  • 1 polaire D4 Forclaz 200;
  • imperméable respirant Lafuma;
  • pantalon convertible D4 de base;
  • sous pantalon thermique (à peine utilisé);
  • sur-pantalon imperméable (pas du tout utilisé);
  • gants, bonnet, casquette, paire de chaussettes techniques, etc…