Comme vous le savez, je vais être sur la route caillasse pendant les 7 mois à venir ^^. Parmi les modes de voyages envisagés figurent le trekking,  l’auto-stop, le bus, le vélo, tout en dormant dans des hostels, en cabane/hut, en tente, ou encore chez des autochtones via le hasard des rencontres ou Couchsurfing.

Concentrons nous plus en détail sur le trekking.

Cette activité pédestre nécessite l’embarquement d’un matériel adapté à l’individu, à ses moyens et capacités physiques puisqu’il faut parfois envisager de devoir porter plusieurs journées d’autonomie alimentaire sur soi. L’objectif est de pouvoir se déplacer sereinement, sans que le poids soit une contrainte repoussante. C’est ce pourquoi je vais présenter et expliquer une liste de matériel de base, minimale, très longuement étudiée qui devrait me suivre pour l’itinérance à pied.

liste-tramping

Quelques explications sur les choix

Vous pouvez le remarquer, cette liste est épurée et minimaliste ! Elle me permet d’embarquer environ 5 jours de nourriture et 2L d’eau pour un poids total d’environ 13.5kg, ce qui est raisonnable dans le cadre de treks, ou de randonnées au long cours avec ravitaillement régulier.

Comme indiqué précédemment, en randonnée, le poids est un élément important à prendre en compte et le négliger peut gâcher le plaisir de la marche, ainsi que de nuire à la vivacité de votre mobilité, tout autant que de potentiellement nuire à vos articulations et au dos. Il faut donc partir léger ! Ceux qui cherchent à en savoir plus, pourront se renseigner chez les puristes « M.U.L » pour marcheur ultra léger sur le site Randonner Léger

Notez par exemple que pour des randonnées de quelques jours, certains ne partent avec un contenu fixe (en ne comptant pas les vivres) dans le sac à dos de moins de 4 kg. Attention, le concept de « léger » est propre à chacun. Ce qui est valable de mon côté, ne l’est probablement pas pour d’autres. Être le plus léger n’est pas mon objectif, mais c’était juste histoire de vous informer sur ce qu’il est possible de faire, lorsqu’on commence une revue de son matériel en se posant la question suivante:

Ai-je besoin de cette chose ?

Voici maintenant quelques précisions:

  • un couteau à lame fixe a été choisi, notamment pour sa garantie d’utilisation en n’importe quelle circonstance, notamment pour couper du bois pour fournir la cheminée d’une hutte. A voir sur le terrain;
  • le sac de couchage est « overkill » c’est à dire que les limites de température devraient être loin d’être atteintes. Il y a plus léger pour aussi bien, mais je n’avais pas envie de dépenser de nouveau une belle petite somme. De surcroît, cela apporte une sécurité à coup sur: un coup de froid dehors, hop,  on plante la tente et on se met directement dans le sac de couchage sans se poser de questions. Enfin, il est inséré dans un sac étanche pour le protéger de l’humidité extérieure;
  • la moustiquaire de tête est utile en cas d’invasion de moustiques ou de sandflies, notamment lorsqu’on est arrêté et sans être à l’abri ou pour faire une fleur d’eau;
  • les 230g de gaz donnent environ 10 jours d’autonomie pour mon utilisation (750ml d’eau chauffée/jour);
  • la trousse de toilette et son contenu sont assez conséquents en poids, mais résulte de choix personnels en ce qui concerne mon hygiène personnel et de sécurité (rasoir, pierre alun, savon alep, tea tree, aloe vera, ventoline);
  • le couvre-bras peut être un item curieux mais en faite, il est là pour apporter plus de polyvalence aux tee-shirts manches courtes, notamment s’il fait frais pour mes petits bras, sans avoir à porter de tee shirt manches longues ^^;
  • pas de polaire en complément de la doudoune légère. Je ne suis pas frileux de base, la doudoune légère est efficace et la majorité des déperditions thermiques proviennent des mains, de la tête, du cou et des pieds. Et enfin, en dernier recours, le sac de couchage bien chaud est là !
  • Les chargeurs et câbles sont des items « inutiles » mais « nécessaires ».. La plupart des câbles ont été changés/factorisés afin de minimiser le volume et le poids. Tout le matériel électronique sera protégé de la pluie dans un sac étanche;
  • Le kit bricolage n’est pas nécessaire dans l’absolu mais est là pour dépanner et éviter qu’une situation devienne vraiment inconfortable:
  • Des guêtres seront peut-être nécessaires en Tasmanie et en Nouvelle-Zélande. A voir sur place.

Et en dehors de l’itinérance ?

Eh bien le sac pourra se permettre d’être plus lourd quand je n’aurai pas à le porter tous les jours !

Ainsi, la bonne vieille technique du vagabond pourra largement être utilisée: emport de fringues, chaussures de trails et autres bricoles sans valeur et dépôt dans un hostel, office de tourisme, couchsurfer avant de les récupérer par la suite !

IMG_9128

Comment me suivre ?

Comme je l’avais d’ores et déjà dit, il me sera difficile de produire un contenu satisfaisant mes critères durant ce périple. Le blog devrait avoir une activité très réduite en regard du voyageTrier et post-processer des photos ainsi que rédiger des articles prennent un temps considérable (et encore plus sans son propre ordinateur portable), que je préfère utiliser pour profiter complètement des lieux, des gens, même si de nos jours Internet est venu se greffer dans nos peaux.

Toutefois, je tacherai de me faire présent de temps à autre sur Twitter, sur la page FB et Google+ !

Vous voulez en savoir plus ? N’hésitez pas à m’envoyer un mail via la page A propos.

Ils ont contribué à ce que ce projet puisse se réaliser:

Pixinbox, un hébergeur gratuit de photos en ligne est tenu par un ami proche, Aurélien. Il contribue à ce projet en me réservant un espace de stockage en ligne conséquent permettant de pouvoir sauvegarder des documents ainsi que de décharger les photos en RAW.

Aventure Nordique, site de vente en ligne de produits outdoor orienté nordique tenu par Régis Cahn, a fourni quelques items ainsi que des conseils indispensables pour la bonne réalisation de la première partie de ce voyage en Laponie.

ITrekkings, portail de randonnée, trek et du voyage à pied, tenu par Grégory Rohart a contribué à ce que la marque Osprey consente à une réduction de 45% pour l’achat du sac à dos.

Je remercie tout particulièrement ma famille plutôt compréhensive, ainsi que quelques-uns de mes amis qui ont été moteurs dans ce projet: Toma, Floriane, Damien, Charles, Farid, Fred et Delphine sans oublier la #TeamGivrés ainsi que d’autres voyageurs qui se reconnaitront, pour la proximité établie ces derniers mois.

L’état d’esprit avant le voyage

Je ne suis pas fou, ni inconscient mais je répond simplement à un besoin constant de découverte du monde par mes propres moyens, de stimulation et d’enrichissement tout en étant attaché à ma vie établie à Paris et à mon travail. Plusieurs paliers sont nécessaires entre l’amorce d’un « rêve » jusqu’à ce moment où rationalité et intuition s’accordent pour former la décision.

Bien au delà de l’aspect voyage, beaucoup de gens aimeraient aller au bout de leurs rêves (s’ils en ont) quelque soit leur forme (il n’y a pas que le voyage dans la vie) mais pour des raisons aussi multiples qu’il y a d’habitants sur Terre, ils ne peuvent y prétendre. Et rien que pour cela, je réalise vraiment la chance colossale d’être en capacité financière, en bonne santé physique et mentale et d’avoir la liberté de suivre jusqu’au bout cet engagement. Je vous quitterai sur une maxime apprise d’un ami:

Tu ne changeras pas le monde, mais tu peux changer ton monde.