En quelques photos, je vais vous présenter ce que j’ai retenu de l’ile du Nord de la Nouvelle-Zélande. J’ai passé près de 4 mois dans le pays et seulement un peu plus d’un mois sur l’île du Nord. En effet, j’étais davantage attiré par les montagnes du Sud et ses paysages épiques. Pour autant, l’île du Nord n’en demeure pas moins intéressante et variée.

Auckland

Non, c’est une blague. Je n’ai pas pris une seule photo de la ville. 1.3M d’habitants, soit le tiers du pays. En gros, passez y quelques jours pour régler vos paperasses (comme moi), à la limite, allez voir 2, 3 volcans éteints et FUYEZ !

Roturua

J’ai vu le nom de cette ville sur une carte et j’ai décidé de m’y rendre en stop. Aucun problème. De nombreux maoris sont installés autour de Roturua et on peut même « visiter » un musée ethnographique qui n’est selon moi, qu’un attrape-touriste. Le lac à proximité immédiate de la ville est propice aux balades en vélo mais gare au climat changeant incessamment pour ruiner votre balade. Mais surtout, il ne se passe strictement rien à Roturua. C’est calme et pas franchement beau. Venant d’Auckland, ça surprend ! Passé 20h, il n’y a strictement personne dans les rues (bon c’est comme ça partout hormis les grandes villes). Enfin la dernière observation concerne les trottoirs qui sont en majorité couverts contre la pluie, comme sur la photo ci-dessous.
Rues désertes de Roturua

La culture du fish&chips

A la base les néo-zélandais sont issus des colons britanniques qui se dont chargés d’importer, outre le thé, le fish&chips. J’ai eu l’occasion d’en tester plusieurs au début de mon séjour et beaucoup moins par la suite. Allez savoir pourquoi ! Dejà, je ne peux manger de poisson et doit donc me rabattre sur la viande. Ensuite, très souvent les frites sont grosses, molles, grasses et avec un goût assez différent de ce que je connaissais, mais qui ne me convainc pas vraiment voire pas du tout. Question d’habitude surement. Mais cela fait partie de la culture locale (plus qu’en Australie de mes yeux) et pas très cher en général.

Dans un fish&chips

Les maoris

Les maoris sont la population autochtone de Nouvelle-Zélande, présents sur les deux îles bien avant que les colons anglais ne débarquent. Heureusement le traité de Waitangi signé le 6 février 1840 ne leur fut pas complètement défavorable puisqu’ils leur permettaient de conserver la propriété de leurs terres et l’autonomie des tribus. On pourrait donc considérer que la colonisation a été plutôt pacifique et les maoris semblent bien intégrés à la culture « occidentale ». Ce qui n’est pas le cas de d’autres populations autochtones dans le monde. Néanmoins, pour avoir rencontré plusieurs maoris en auto-stop, leur culture aurait tendance à se perdre. Enfin dernier point, les maoris vous prendront facilement en stop et offriront même facilement de quoi manger.
Famille maorie

Les volcans

La Nouvelle-Zélande est située sur la ceinture de feu du Pacifique, ce qui lui vaut d’abriter plusieurs volcans, tous sur l’île du Nord ! Outre le parfaitement symétrique Mont Taranaki/Egmont ou encore les volcans du parc national de Tongariro, plusieurs sont situés sur des îles, ou tout simplement dans la ville d’Auckland (le fameux Mont Eden). Le Mont Ruapehu est connu pour son activité récente, dont notamment les impressionnantes éruptions de 1996, bien que le dernier actif en date soit le Mont Tongariro en 2012. Avec un peu de chance, sur la route SH3, non loin de Strafford vous pouvez apercevoir à la fois la mer, le Mont Taranaki/Egmont et enfin le mont Ruapehu, sur son versant Sud (plus enneigé) !
Mont Taranaki/Egmont face Sud.

L’activité géothermique

Alors là, j’ai envie de rire. Sur la route SH5 entre Roturua et Taupo, vous avez plusieurs sites présentant les phénomènes géothermiques. Quand j’ai vu le tarif de cette attraction « must see » (36$ + le transport quasi obligatoire) j’ai sauté aux plafonds de suite. Cela puait l’arnaque et il s’avérera que j’avais raison: les geysers sont déclenchés sur commande à 10h, en fonction des tours. AHAH, la blague. Je me suis donc contenté des odeurs de souffre de Roturua et de quelques parcs proposant de voir ces phénomènes. Bon cela ressemble à de la boue et à des trucs qui ne donnent pas envie de s’approcher de plus près.

Activité géothermique de Roturoa

Les sources d’eau chaude

Cela n’est pas spécifique à l’île du Nord, mais c’est à Taupo que j’ai essayé les sources d’eau chaude. Conclusion ? bah l’eau est chaude et vivifiante pour la peau. Elle contient aussi des minéraux bienfaisants pour la peau. La source en question était petite et non aménagée mais il existe de nombreux sites dans le pays pour cela. Je pense notamment à Hanmer Springs ou dans les montagnes du côté du Copland Track

Baigneur dans les sources d'eau chaude à Taupo

Le sable noir

Il n’y a pas qu’en Islande ou il y a du sable noir ! Comme me l’a résumé un kiwi: à l’Ouest, du sable noir, à l’Est du sable blanc ! La en l’occurrence, j’étais aux three sisters, une très belle plage ou veille au fond le mont Taranaki/Egmont

Plage de sable noir

La verdure

En Nouvelle-Zélande, il pleut beaucoup ! Et cela se ressent sur la végétation bien verte. Au nord, les forêts sont régulièrement denses. Tandis que les prairies restent bien vertes dont bien évidemment, les très nombreux moutons se chargent d’entretenir. Mais ce « vert » là est vraiment un vert qu’on ne trouve qu’ici. Enfin, étant donné la jeunesse de l’île, la terre est bosselée ce qui donne du contraste aux paysages. La photo ci-dessous en est un bel exemple. Si vous cherchez à emprunter des belles routes, évitez la route 1. La route 3 longeant la côte Ouest entre Hamilton et New Plymouth est splendide, tout comme la route entre Turangi et Taumarunui vous permettra de voir le Tongariro sous un nouvel angle.

Campagne et verdure néo-zélandaise

Wellington

Wellington, une capitale cool ! A taille très humaine (250K habitants), siège de nombreuses administrations, elle pourrait être une ville boring. Mais pas du tout. Une vie culturelle y est bien installée et les fêtards trouveront toujours de quoi finir leurs gobelets. Que dire de son environnement immédiat ? Des plages, les Tararuas pas loin (bon ok, c’est balaise à marcher) et un aéroport situé près de la mer qui ne donne plus envie de prendre l’avion. Pourquoi ? Car le climat à Windy Welly, son surnom, est désastreux 11 mois sur 12 ! Vent et pluie sont de mise au bord du détroit de Cook !
Depuis le Mont Victoria

Le musée Te Papa

S’il y a bien un musée qui se doit d’être visité en Nouvelle-Zélande, c’est bien celui-ci. Gratuit et situé en plein centre de Wellington, il constitue une belle sortie en cas de temps pluvieux (ce qui arrive souvent). On peut y découvrir la faune et flore locale, les origines du pays, le traité de Waitangi et il est aussi possible de prendre place à bord de visites interactives. Diverses autres expositions ont lieu. Bref, il y a de quoi largement passer sa journée !

Musée Te Papa

Des nuages et des couchers de soleil

Tandis que les couchers de soleil s’admirent souvent dans des endroits naturels sur l’île du Sud, il peut en être différent dans l’île du Nord. Alors que j’étais tranquillement installé chez mes hôtes à Wellington, je vois une lueur orangée au travers d’une fenêtre. Je me jette sur l’appareil photo et sors au palier pour capter ce moment. J’aurais voulu être sur le mont Victoria à cet instant précis, mais finalement cette photo n’est pas si mal. Elle illustre (à mon sens) une certaine réalité banale (les fils électriques, les maisons) autour d’un moment extraordinaire. Nous avons si l’habitude de voir des clichés sensationnels que l’on oublie la quintessence de ce moment. Bref, pour faire court, je n’ai jamais vu un ciel aussi orangé et chargé en nuances.
coucher de soleil