En quelques photos, je vais vous présenter ce que j’ai retenu de mes allers et retours à Hobart, capitale incontournable de l’Etat de Tasmanie. En effet, tous les axes de circulation passent par là et en dehors de l’agglomération, presque point de salut pour une vie citadine sur l’île.

Hobart, une beauté ni-ni

En toute honnêteté, la ville n’est pas à franchement parler d’une beauté rayonnante. Elle ressemble à tant d’autres villes anglo-saxonnes ou cela ne sent pas la vieille pierre. Rappelons qu’Hobart était d’abord destinée à héberger une colonie pénitentiaire au début des années 1800. Donc voilà, c’est ni-ni. Mais, allez vers Salamanca Square ou encore vers Sandy Bay et là ça change de tout au tout. Même si bourgeoise, la baie accueille des maisons en bois étalées sur les collines mignonnes comme tout. Et puis, Hobart, je m’y suis senti bien. Il y avait la mer et le mont Wellington qui veillait juste au dessus. Parfait pour la promenade dominicale !
Hobart

Les mignonnes petites maisons en bois

Ce qui m’a surpris en venant en Tasmanie, c’est de trouver énormément de maisons en bois. Il y en avait de toutes les couleurs, certaines avec des ornements très recherchées. On pourrait se croire en Scandinavie (j’y ait cru un instant). Cependant si on étudie bien la chose, les maisons scandinaves sont différentes: leur base et leurs fenêtres sont plus rectangulaires et il n’y a pas d’ornement. Mais sur cette photo, on s’en rapproche.

Hobart

Un pont: le Tasman Bridge

Je me souviens très bien de la scène. Depuis l’aéroport, la navette m’amenant vers le centre-ville roule sur une sorte de voie express, lorsqu’au détour d’un virage en descente, je vois surgir un pont. Et tout de suite, cela fait tilt. Je pense au pont de Tromsø. Même si je ne suis pas dans le Grand Nord, l’environnement présente des similarités: mer et montagne. Revenons au pont, nommé le Tasman Bridge. Il n’a rien de significatif à part qu’il a été sérieusement endommagé par un vraquier en 1975. J’avais trouvé une carte postale représentant le pont avec le mont Wellington au fond, de nuit et la ressemblance me sautait encore aux yeux.

Route avant le pont d'Hobart

Le musée MONA

Accessible par une promenade très agréable de 30 minutes en ferry, le Museum of Old and New Art est un musée exposant des artistes qui ont véritablement laissé place à leur créativité. Et cela commence dès les toilettes ou pour la première (et surement) dernière fois de votre de vie, vous pouvez admirer vos fesses par le jeu de miroirs. Quant aux compositions exposées, de tableaux aux sculptures, en passant par des projections vidéos psychédéliques, ne cherchez pas la moindre explication, c’est à vous de l’interpréter. Il y a de quoi passer une bonne journée dans ce musée sans se presser.
Musée MONA

Salamanca Square

Salamanca SquareSalamanca Square, c’est THE quartier branché de la ville avec pour le coup de la (relative) vieille pierre. Pour boire un coup, manger de la bonne gastronomie ou faire du shopping. Alors tout ne se passe pas là, mais il y a un côté « branché » à dire qu’on va à Salamanca. En vrai, ce qui fait la réputation de la place est le marché qui se déroule le samedi où l’on trouve pas mal de produits issues de l’agriculture bio. Bon à titre personnel, j’ai aussi trouvé un photographe qui vendait des photos de Cradle Mountain sous les aurores australes (c’est lui, là en lien). Et ça, ça pète ! Enfin, Salamanca Square est aussi un endroit assez dégagé dans la ville pour bien apercevoir le mont Wellington. Même sous la neige !

Salamanca Market sous le Mont Wellington enneigé

Le mont Wellington

Alors là pour le coup, je n’ai pas de photos à peine potables du mont Wellington. Le jour de la randonnée, le temps était mauvais. Bref, après avoir pris un bus pour m’emmener à Fern Tree, je pouvais démarrer la grimpette dans un bon vieux bush australien. Avec un peu de boue. L’arrivée au sommet est chaotique sous les quelques plaques de neige restantes, un vent glacial et à décorner les bœufs. Heureusement qu’il y a un abri au sommet. Les vues sur Hobart et la mer sont sympathiques mais le temps pourri gâche tout. Au retour, le détour par les organ pipes, des falaises de colonnes de dolérite valent le coup. Bref, le mont Wellington, revenez en été quand il fait beau. En principe, on y voit tout le sud ouest de la Tasmanie !
Au pied du Mont Wellington

L’Antarctique

Alors tu prends une boussole, tu regardes au sud et tu imagines que 2700kms par là, c’est l’Antarctique. OK

Il est vrai qu’au premier abord, on est loin d’imaginer les connexions entre le 6ème continent et Hobart. Et pourtant. C’est ici qu’Amundsen enverra son télégramme de victoire après l’accession au pôle Sud. C’est aussi ici que les expéditions australiennes et françaises ont leur port d’attache (la France avec l’Astrolabe). Enfin, l’Etat de Tasmanie gère l’île Macquarie située en sub-Antarctique. Et surtout, j’avais oublié: le climat, rugueux. La Tasmanie est située sur les 40èmes rugissants, directement régies par l’Antarctique. Qui dit pôle Sud, dit aussi aurore australe dont un groupe Facebook permet de suivre avec précision. Pour finir, si vous voulez en savoir plus, ce lien devrait vous plaire.

L'Astrolabe